En immersion, Nouvelle-Zélande, Océanie

L’ascension du Mont Taranaki et New Plymouth

 

A l’origine du Mont Taranaki…

Le Mont Taranaki est l’un des célèbres volcans endormis de Nouvelle-Zélande. Il se dresse fièrement sur la côte Ouest de l’Ile du Nord face à la mer Tasman près de la ville de New Plymouth.

Mont Taranaki

Mont Taranaki

Selon une légende maorie, il y a de cela fort longtemps, l’île du nord était peuplée par de nombreux dieux-montagnes, parmi eux Ruapehu, Tongariro, Ngauruhoe, Taranaki et Tauhara qui vivaient près de la déesse montagne Pihanga.

Tongariro et Taranaki, amoureux de la déesse, s’affrontèrent dans une lutte acharnée pour conquérir son cœur. La bataille fut terrible et grandiose, les dieux rivaux provoquèrent dans leur colère des séismes et éruptions volcaniques gigantesques. Tongariro perdit même sa tête dans la bataille, d’aucuns disent qu’il se l’arracha lui-même pour la jeter sur Taranaki. Le mythe veut que la tête du dieu git désormais dans le lac Taupo où elle forme l’île de Moututaiko…

Cette terrible guerre entre les deux puissants dieux s’acheva sur la défaite de Taranaki. Tongariro avait ainsi conquis le cœur de la belle Pihanga et la protège encore aujourd’hui. Dépité, Taranaki n’eut d’autre choix que de fuir son lieu de vie près du lac Taupo. Il partit en direction de la mer. En chemin il creusa le lit de la rivière Whanganui.

Il est dit que depuis lors s’il pleut souvent dans cette région, c’est parce que Taranaki pleure encore aujourd’hui son amour perdu. Et si son sommet est caché dans les nuages, c’est pour cacher ses larmes.

Sommet du Taranaki dans les nuages ©Dave Young

Sommet du Taranaki dans les nuages ©Dave Young

L’ascension

Mon périple vers cette région fut l’occasion de partir pour l’ascension du Mont Taranaki avec quelques amis . Nous avions entendu dire que c’était une superbe randonnée et peu fréquentée comparée à d’autres en Nouvelle-Zélande..

Comme cette randonnée est jugée très difficile, il convient de vérifier les prévisions météo avant de se lancer !

La meilleure période pour réaliser cette ascension est l’été, mais même à cette période le temps change vite, et encore plus rapidement sur les hauteurs. Vous pouvez très bien démarrer l’ascension en T-shirt et la terminer avec des vêtements d’hiver sur le dos ! Chaque année des personnes meurent en tentant l’ascension et on ne compte pas les nombreuses personnes que les secours doivent également venir récupérer.

Le Taranaki au sommet enneigé dans les nuages

Taranaki ©Peter Pearson

Partis la veille pour pouvoir passer la nuit à New Plymouth et démarrer la randonnée de bon matin, nous nous levons à 6 heures du matin avec notre équipement : Sac à dos avec pique-nique, vêtements chauds en cas de changement de temps et surtout beaucoup d’eau. La randonnée débute du parking du North Egmont Visitor Center à 900 mètres d’altitude.

Le Taranaki s’élève à 2518 mètres, c’est donc 1600 mètres de dénivelés sur 13 kilomètres qui nous attendent.

La randonnée commence et après à peine une demie heure de marche, ça se complique déjà avec une pente à 45 degrés. De loin le sommet ne parait pas si haut, mais il l’est !

La première partie de la randonnée va jusqu’à la hutte du Tahurangi lodge. C’est le moment de profiter des seules toilettes jusqu’au sommet. On arrive à un passage assez abrupt au milieu des rochers et nous voyons se profiler devant nous les centaines de marches d’un interminable escalier.

 

Les escaliers gelés du Taranaki à la fin de l'automne ©Martin Lopatka

Les escaliers gelés du Taranaki à la fin de l’automne ©Martin Lopatka

C’est long, très long nous avons compté près de 700 marches !

Après les escaliers, le sommet ne semble plus si loin et nous arrivons au passage le plus difficile. Une sol de graviers nous empêche de marcher normalement  et glisse sous nos pieds.. Nous avançons d’un pas en avant, et de deux pas en arrière.

On reçoit des encouragements de personne qui redescendent « encore deux bonnes heures, ça vaut le coup vous verrez »!

La partie « escalade » débute ! Plus de sentiers ici, il ne reste que des roches à grimper. On a moins l’impression de faire du sur place même s’ il faut faire très attention aux chutes de pierres des personnes qui nous précèdent. Il faut maintenir une distance suffisante et aussi prendre garde à ne pas en faire tomber soi-même sur les personnes qui suivent !

cratere-enneigé-Taranaki

Le cratère enneigé du Taranaki

Après l’escalade, la récompense est là sous nos yeux, nous arrivons dans le cratère enneigé et la chance est avec nous. Le temps est superbe !

Une dernière petite pente et nous sommes au sommet devant un paysage superbe, la tête dans les nuages… Une dizaine de personnes partagent le sommet avec nous, nous ne sommes pas seuls à avoir profité de l’excellente météo de ce week end, et ça en valait la peine !

vue sommet taranaka

 

La partie dans les graviers est plutôt fun en descente, il suffit de se laisser glisser ! La redescente s’avère elle aussi très longue, en tout nous serons restés près de 11 heures sur le volcan. Six heures de montée et quatre heures de descente, avec une pause d’une heure pour profiter de la vue du sommet. Nous sommes venus à bout de cette aventure sur le volcan , et c’est un super souvenir de notre périple au pays des kiwis !

Côté pratique :

  • L’accès se fait depuis le parking du North Egmont Visitor Center à 900 mètres d’altitude à trente minutes de route de New Plymouth.
  • Les seules toilettes se situent au North Egmont Visitor Center et au niveau du Tahurangi Lodge à 1500 mètres d’altitude (deux heures environ après le début de la randonnée).
  • Prenez suffisamment d’eau, il n’y a pas de point d’eau potable sur la montagne.
  • Cette randonnée est recommandée pour les personnes en très bonnes conditions physiques qui ont l’habitude de ce genre d’exercice.
  • La météo change très vite sur le volcan Taranaki, prévoyez des vêtements chauds même si le soleil brille à votre départ.
  • De bonnes chaussures de randonnée sont indispensables.
  • D’autres alternatives existent pour apprécier la vue sur le volcan hors saison. Si l’ascension n’est pas possible vous pourrez profiter de nombreux circuits dans le bush environnant.

Côté saisons :

  • La meilleure période pour grimper le Taranaki c’est entre février et mi-avril. Au printemps et en automne de la glace couvre encore une partie de la montagne et rend l’ascension périlleuse.
  • Il ne faut surtout pas tenter l’ascension si de la pluie ou de l’orage est prévu.
  • En hiver, seuls les alpinistes confirmés munis de tout l’équipement nécessaire pourront tenter d’accéder au sommet.

Mise en garde :

  • Chaque année, des personnes meurent ou restent bloqués sur le volcan, négligeant les alertes météos ou se blessant sur les sentiers difficiles. En hiver des alpinistes confirmés originaires de la région ont perdu la vie sur le Taranaki, coincés par la météo. Depuis 1891, près de 90 personnes sont mortes en tentant d’atteindre le sommet. Ne négligez pas la météo, partez au périodes conseillées, avec l’équipement nécessaire, prévenez de votre départ et ne tentez pas de grimper seul !

Aux alentours, la région de New Plymouth

New Plymouth, épargnée par le plus gros du flux touristique en été, est une petite ville pleine de charme. Elle offre de nombreux cafés et restaurants, des petits marchés, une promenade aménagée le long de la mer Tasman et de superbes vues sur le Taranaki.

La Coastal Walkway

Une superbe balade de 13 kilomètres le long de la mer Tasman, du Te Rewa Rewa bridge à l’est, au Paritutu Rock à l’ouest. Vous aurez une belle vue sur la ville et la mer Tasman depuis le haut de ce rocher haut de 156 mètres. L’ascension est courte mais peut s’avérer difficile ! L’idéal pour apprécier la coastal way est de louer des vélos pour parcourir les kilomètres de cette piste très bien entretenue.

Te-rewa-rewa-bridge-2-i-travel-inz

Te Rewa Rewa bridge ©itravelINZ

Le parc Pukekura

Un superbe parc de 52 hectars au cœur de la ville. Une végétation luxuriante vous permettant de découvrir de nombreuses espèces endémiques. Ne manquez pas le Puriri tree, vieux de plus de 2000 ans. Le parc abrite également de nombreux concerts et le magnifique festival des lumières.

Pukekura-park-new-plymouth-festival-des-lumieres

Festival des lumières au Pukekura Park

Le parc s’illumine de mille couleurs pendant le festival des lumières.

Cet évènement se déroule tous les ans de mi-décembre à début février, plus d’informations sur le site de TSB Festibal of lights.

Taranaki Art trail

Les amoureux d’art seront séduits par la Taranaki Art Trail qui permet de rencontrer et de visiter les atelier de près de 70 artistes de la région.

Les festivals :

La ville abrite des festivals d’envergure comme le NZ Tattoo and Art festival en novembre qui attire les meilleurs artistes tatoueurs du pays et des artistes du monde entier. Au programme, tatouages, concerts et spectacles durant tout un week-end.

Le WOMAD festival (World of Music, Arts and Dance) attire chaque année des milliers de visiteurs (plus de 35 000) avec des artistes du monde entier. De nombreuses scènes sont érigées dans le parc Pukekura. C’est un véritable petit village qui se crée pour l’occasion chaque année au mois de mars, pour trois jours de concerts et de performances. Vous pourrez vous balader dans le village durable pour découvrir des produits naturels et respectueux de l’environnement, vous relaxer lors d’une séance de yoga, de méditation ou d’aromathérapie.

Envie de découvrir cette région ? Demandez conseil à nos spécialistes du voyage en Nouvelle-Zélande !